Argent - Actualité -

18 juin 2018 : 20 Minutes

Neuchâtel veut réduire le recours à l'aide sociale

Les autorités neuchâteloises ont entamé un projet de réforme visant à redéfinir les prestations de plus de 40'000 personnes dans le canton.

« Le système actuel remplit sa mission, mais il est excessivement complexe et parfois inéquitable, avec des effets de seuil », a déclaré lundi à Neuchâtel, Jean-Nathanaël Karakash, conseiller d'État. « Cette situation nous a amenés à réformer totalement les prestations sociales cantonales ».

Réduction d'un quart

Un des objectifs de cette réforme est de réduire d'un quart le taux d'aide sociale qui s'élève à 7% dans le canton. « Pas avec des mesures techniques ou artificielles mais par des modifications qui éviteront par exemple à une famille monoparentale de basculer à l'aide sociale à cause de non-paiement de pension », a détaillé Jean-Nathanaël Karakash.

Ce projet sera mis en consultation jusqu'au 21 août, traité par le Grand Conseil avant la fin de l'année, pour être mis en oeuvre déjà partiellement dès le 1er janvier 2019. La première étape touchera les subsides de l'assurance maladie (LAMAL), où les effets de seuil seront éliminés.

« Des économies seront réalisées » puisque le plan financier de la législature prévoit une réduction de l'enveloppe des subsides LAMAL de 8,33 millions de francs, a expliqué le chef du Département de l'économie et de l'action sociale. Toutefois, le « niveau de ces économies n'est pas encore connu car il dépend aussi de l'évolution des primes ».

Prestation complémentaire

Dès le 1er janvier, si la réforme est approuvée, les avances de contribution d'entretien seront déplafonnées pour la faire correspondre au maximum au montant de la pension alimentaire, tel que fixé par le/la juge. Actuellement, l'avance s'élevait au maximum à 450 francs par enfant.

A l'horizon 2020-21, une personne qui aura besoin d'une aide matérielle pour couvrir ses besoins financiers ne devra plus forcément recourir à l'aide sociale, puisqu'elle pourra prétendre à une prestation complémentaire cantonale. Celle-ci sera notamment versée aux personnes en formation, aux personnes actives professionnellement mais dont le revenu n'est pas suffisant et à celles en intégration professionnelle.

Une personne ne pourra toutefois pas toucher d'aider sociale si elle reçoit une prestation complémentaire, a ajouté Paola Attinger.

Potentiel d'économies

Cette nouvelle prestation permettra de décharger l'aide sociale de nombreux dossiers dont les bénéficiaires ne nécessitent pas d'accompagnement social. Cela permettra « aux services sociaux d'avoir plus de temps à consacrer à l'aide personnelle, ce qui améliore les chances de réintégration professionnelle et qui redonne aussi du sens au travail » des assistants sociaux, a ajouté Daniel Schouwey.

source: Agence Télégraphique Suisse (ATS)

Mots-clés:
 - aide sociale