Points de vue sur l'argent

31 août 2017 : Christian Erard (neovia)

 Assainissement financier: par où commencer ?

S'engager dans un processus de rattrapage d'arriérés de paiement est chose plutôt facile. Aller au bout de ses résolutions, c'est une autre histoire... C'est du travail.

Retrouver le confort et la liberté d'une vie sans dettes demande des efforts importants. Comment s'y préparer pour mobiliser l'énergie nécessaire à cette tâche ?

(lire la suite)

22 décembre 2016 : Christian Erard (neovia)

 Pourquoi certains pensent qu'un crédit est la solution magique à leurs dettes ?

Parce que la publicité nous le fait croire et qu'on ne voit pas comment faire d'autre pour s'en sortir.

Et pourtant il y a une façon bien plus intelligente de procéder: se désendetter avec ses propres ressources.

(lire la suite)

15 décembre 2016 : Christian Erard (neovia)

 Pourquoi certains pensent que les sociétés de désendettement sont une arnaque ?

Parce qu'il est vilain de facturer des services à des pauvres et que cela ne fait que les enfoncer encore plus dans la misère ?

Et pourtant, chaque fois que j'explique ce que fait Neovia on me répond avec enthousiasme "Génial ! Je ne savais pas que ça existait !".

L'à priori négatif vis-à-vis de notre métier tient à une méconnaissance à la fois de notre public cible et de notre savoir faire.

(lire la suite)

10 novembre 2016 : Christian Erard (neovia)

 Impôts: jusqu'où peut-on négocier ?

Évitez d'aggraver la situation en communiquant efficacement avec le fisc.

Lorsque l'administration fiscale vous communique sa décision de taxation, celle-ci peut être accompagnée d'un décompte final dans lequel un délai de 30 jours vous est donné pour payer un solde considérable.

Ce qu'il ne faut ne surtout pas faire :

(lire la suite)

9 septembre 2016 : Christian Erard (neovia)

 Et si je laissais tout partir en poursuites ?

Depuis des mois j’éteins des incendies en jonglant avec mes créanciers. Lorsque l'un d'eux menace d'engager des poursuites, je paie de quoi le satisfaire. Immanquablement, ce que je lui ai versé m'empêche d'honorer d'autres engagements. C'est usant. Parfois je me demande si je ne ferais pas mieux de tout laisser aller. Au moins je n'aurai plus à m'épuiser dans des négociations éphémères. Autant laisser l'État prélever ce qu'il faut sur mon salaire et payer directement mes créanciers. De toute façon ils doivent me laisser de quoi vivre décemment.

(lire la suite)